Gard

Gard

Traversé par la rivière Gardon, le département du Gard recèle une multitude de trésors naturels et historiques que les amateurs de grands espaces et d’évasion ne se lasseront pas d’explorer. Délimitée au nord par Malons-et-Elze et au sud par Le Grau-du-Roi, cette partie de la région de Languedoc-Roussillon émerveillera inexorablement les amoureux de sensations extrêmes.

Histoire du Gard

Créé durant la Révolution française, en 1790, le département du Gard rencontre de nombreuses agitations religieuses, notamment à Nîmes, Uzès et Alais. Persécutés dans le courant du XVIIe siècle, les Protestants s’installèrent dans la région. Après une longue et sanglante guerre religieuse, les communes du Gard (Nîmes, Uzès et Alais) profitèrent d’une courte période de paix, à nouveau perturbée par la Révolution.

Ce n’est que dans le courant du 18e et du 19e siècle que le Gard profite d’un essor industriel fulgurant, particulièrement dans le textile. Les légendes racontent que les jeans, conçus pour la première fois à Nîmes, étaient destinés aux bergers des Cévennes et aux marins de Gênes avant d’être exportés pour les cow-boys et les chercheurs d’or d’Amérique de l’ouest. La capitale du Gard, Nîmes, devient une ville en pleine expansion qui commença peu à peu à exporter des bas de soie et différentes étoffes vers les Indes espagnoles. On voit petit à petit s’implanter de luxueux hôtels dans les villages et les grandes villes.

Suite à une concurrence grandissante lyonnaise, le département se voit contraint de réinvestir ses capitaux dans le vignoble. Par ailleurs, la seconde moitié du 19e siècle voit doucement naître une nouvelle prospérité, surtout grâce à l’exploitation et l’exportation du vin, mais cela ne dura qu’un temps.

Son paysage

Profitant d’une excellente situation géographique et baignant dans un climat typiquement méditerranéen, le Gard demeure un endroit propice, non seulement à la culture, mais également à l’épanouissement d’une faune et d’une flore diversifiée. S’étendant sur une superficie de 5 853 km2, le district se caractérise par un environnement particulièrement remarquable, favorisant ainsi l’apparition de superbes sites naturels protégés (grottes, galeries souterraines, montagnes…).

Outre sa superficie boisée de 244 750 hectares, le Gard se caractérise, parallèlement, par les Garrigues se situant en plein centre du département. Domaine incontesté des landes et des maquis, le centre du canton est un lieu de dépaysement total, idéal aux amoureux des grands espaces.

Ses sites naturels

Difficile de parler des sites naturels du Gard sans mentionner le mont Aigoual qui est le point culminant de la région. Prônant à plus de 1 567 mètres d’altitude entre Valleraugue et Lozère, le mont Aigoual offre une vue impressionnante sur les Cévennes et ce paysage méditerranéen caractérisé par son sol calcaire et ses hautes herbes. Le mont Aigoual reste le paradis des fanas d’escalade avec ses pentes escarpées et ses descentes raides.

Mais le Gard, c’est aussi un univers souterrain remarquable abritant une myriade de gorges, de marmites et de grottes façonnées par la rivière du Gardon ou encore le ruisseau de l’Aiguillon. Les passionnés d’aventures profiteront d’une petite escale du côté de l’abîme de Bramabiau, à Saint-Sauveur-Camprieu, et se laisseront envouter par la superbe cascade de 10 mètres de haut ou encore les innombrables galeries souterraines sculptées par la rivière du Bonheur.

Envie de découvrir les marmites de géants du Gard ? Rien de mieux que de s’aventurer du côté de Lussan et de tomber en admiration devant Les Concluses, véritable œuvre d’art creusée par l’Aiguillon. En longeant la gorge, on se heurte à une multitude de crevasses, dont la plus dominante reste la grotte du bœuf. Les friands de paysage obscur ne seront certainement pas déçus en arpentant les galeries noueuses de la grotte de la Cocalière, non loin de Saint-Ambroix.

Le patrimoine culturel du Gard

Le Gard abrite également une merveilleuse richesse culturelle. Lieu de vie des anciennes civilisations, les villages conservent une multitude d’édifices et de monuments historiques. Si le Musée de la soie, à Saint-Hippolyte-du-Fort, renferme les vestiges d’une ère paisible de la région, le célèbre Pont du Gard (275 m de long) du côté de Vers-Pont-du-Gard, relate quant à lui, ce passé glorieux des Romains.

En sillonnant les ruelles étroites des villages, on est doucement conquis par le charme pittoresque des maisons médiévales et des forteresses datant du 12e siècle, comme le château de Saint-Jean-du-Gard où des personnages de renom y séjournaient (Basville, le maréchal de Thoiras, le compte de Broglie…).

Aventures et sensations fortes

Mis à part l’exploration paisible des villes et villages, le Gard offre également une multitude d’activités sportives qui feront certainement valser de joie les amateurs de grands frissons. Disposant d’environ 3 000 km d’itinéraires pour la randonnée, la région est le lieu idéal pour un grand parcours aventure.

Outre les escalades interminables sur les pentes abruptes du mont Aigoual, les fanas de canyoning pourront se rafraichir les idées en dévalant les Gorges du Tapoul et en sautant à plus de 10 mètres dans les marmites de géants. Composés d’une équipe d’experts, les moniteurs de la vallée de l’Hérault accompagneront les visiteurs en plein cœur de la grotte du Trabuc (à Mialet) afin d’y découvrir les cristaux de gypse et d’aragonite ornant ses parois.

 

le canyoning la via-ferrata et la spéléo vu à la TV

TEL : 04 67 83 80 70

Réservation en ligne - Contact